Résumé du monde de 1945 à nos jours (Important)

De Stettin, dans la Baltique, à Trieste, dans l'Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent. Derrière cette ligne se trouvent les capitales de tous les pays de l'Europe orientale : Varsovie, Berlin, Prague, Vienne, Budapest, Belgrade, Bucarest et ....

 

SOMMAIRE:

L'Europe en 1945

La décolonisation et l'émergence du tiers-monde

La décolonisation de l'Inde 

L'Europe en 1945

La Seconde Guerre mondiale se termine en Europe le 8 mai 1945. L'Allemagne est vaincue et les Alliés occupent le pays, ainsi que l'Autriche, jugée complice depuis l'Anschluss. Les deux États sont donc partitionnés en quatre zones d'occupation : les zones américaine, britannique et française d'un côté, la zone soviétique de l'autre. Les deux capitales, Vienne et Berlin, subissent également une occupation quadripartite.
Les pays satellites de l'Allemagne, traités en vaincus, sont également occupés par l'Armée rouge, à l'exception de la Yougoslavie où Tito s'est emparé du pouvoir sans intervention soviétique.
La fin de la guerre voit également le remodelage de la carte politique de l'Europe. L'URSS se taille la part du lion : elle récupère tous les territoires perdus en mars 1918 au traité de Brest-Litovsk (pays baltes, Carélie, Biélorussie, Ukraine, Bessarabie). La Pologne, pourtant pays martyr, est purement et simplement déplacée par les ambitions territoriales soviétiques : elle cède du territoire à l'URSS à l'est et récupère des terres sur l'Allemagne vaincue à l'ouest. La Yougoslavie s'empare de l'Istrie, la France de quelques territoires tampons entre elle et l'Italie.
Staline est le grand vainqueur de cette opération.

Naissance des Nations unies

L'ONU est créée le 25 juin 1945, à la conférence de San Francisco. Elle réunit 51 pays signataires de la Charte des Nations unies. Elle a deux buts : œuvrer au maintien de la paix grâce au règlement pacifique et négocié des conflits mais aussi faire respecter les droits de l'homme et le droit international.

Les relations internationales de 1914 à nos jours

Le « rideau de fer »

 

« De Stettin, dans la Baltique, à Trieste, dans l'Adriatique, un rideau de fer est descendu à travers le continent. Derrière cette ligne se trouvent les capitales de tous les pays de l'Europe orientale : Varsovie, Berlin, Prague, Vienne, Budapest, Belgrade, Bucarest et Sofia. Toutes ces villes célèbres, toutes ces nations se trouvent dans la sphère soviétique, et toutes sont soumises, sous une forme ou sous une autre, non seulement à l'influence soviétique, mais encore au contrôle très étendu et constamment croissant de Moscou. Athènes seule, avec sa gloire immortelle, est libre de décider de son avenir par des élections auxquelles assisteront des observateurs britanniques, américains et français [...]. Les communistes, qui étaient plus faibles dans tous ces pays de l'Est européen, ont été investis de pouvoirs qui ne correspondent nullement à leur importance numérique, et cherchent partout à s'emparer d'un contrôle totalitaire. Sauf en Tchécoslovaquie, il n'existe pas dans cette partie de l'Europe, de vraie démocratie [...] Les Russes installés à Berlin tentent de mettre sur pied un parti quasi communiste dans leur zone d'occupation en Allemagne, en accordant un traitement de faveur à des groupes de dirigeants allemands de gauche. [...] Si le gouvernement soviétique essaie, par une action unilatérale, de constituer une Allemagne procommuniste dans sa zone, il en résultera de nouvelles et sérieuses difficultés. Quelles que soient les conclusions que l'on tire de ces faits [...], ce n'est certainement pas là l'Europe libérée pour laquelle nous nous sommes tant battus. Ce n'est pas non plus une Europe qui renferme les germes essentiels d'une paix durable. »
Winston Churchill, Discours public à l'université de Fulton, 1946
Un an seulement après la fin de la Seconde Guerre mondiale, de graves discordances surgissent entre les Alliés : les Britanniques reprochent notamment aux soviétiques leur main mise sur les territoires qu'ils ont libérés. Dans ces pays d'Europe de l'Est, en effet, aucune élection libre n'a encore eu lieu, contrairement à ce que prévoyait la conférence de Yalta (1945).
En mars 1946, Winston Churchill, ancien premier ministre britannique (mai 1940-juillet 1945) est invité à l'université de Fulton (Missouri, USA). Dans un discours resté célèbre, il évoque la naissance d'une frontière invisible entre l'est et l'ouest de l'Europe : c'est ce qu'il appelle le « rideau de fer ».
 
 
Le plan Marshall

« Il est logique que les États-Unis fassent tout ce qui sera en leur pouvoir pour contribuer au retour de conditions économiques normalement saines dans le monde, sans lesquelles il ne peut y avoir de stabilité politique ni de paix assurée. Notre politique n'est dirigée ni contre un pays ni contre une doctrine, mais contre la faim, la pauvreté, le désespoir et le chaos. Son objectif devrait être de remettre l'économie mondiale en état de fonctionner, et d'ainsi permettre l'émergence de conditions politiques et sociales dans lesquelles des institutions libres puissent exister. Pour ce faire, les pays européens devraient d'abord s'entendre sur les exigences de la situation et sur le rôle qu'ils assumeront eux-mêmes pour donner un effet adéquat à toute action qui pourrait être entreprise par ce gouvernement [...]. L'initiative, je le pense, doit venir d'Europe. Le rôle de ce pays devrait consister en une aide amicale dans l'élaboration du programme européen et en un soutien ultérieur de ce programme, dans la mesure où cela nous sera possible dans la pratique. Le programme devra être un programme commun, accepté par un certain nombre, sinon par la totalité des nations européennes. »

Georges MarshallDiscours prononcé à Harvard, 1947

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, Georges Marshall, secrétaire d'État américain, propose un plan pour restaurer l'Europe. Les États-Unis estiment en effet qu'il est urgent d'apporter une aide économique à l'Europe afin d'endiguer l'expansion soviétique et et d'éviter que des conditions matérielles désastreuses ne poussent de nouveaux pays dans les bras de l'URSS. Plus de douze millions de dollars sont donc distribués sous forme de dons ou de prêts. De son côté, Staline impose aux pays de l'Est de refuser cette aide. Un pas de plus est franchi dans la guerre froide.

Khrouchtchev et la coexistence pacifique

« Il y a peu de temps encore le feu des passions suscitées par la « guerre froide » était si grand qu'une simple étincelle aurait pu provoquer une conflagration mondiale. La politique étrangère de certaines puissances occidentales était basée sur des calculs nettement agressifs, sur une politique des « positions de force » [...]. Actuellement, une évaluation plus sobre de la situation, une compréhension plus raisonnable de l'équilibre des forces sur la scène internationale se manifestent de plus en plus en Occident. Et une telle compréhension des choses conduit inévitablement à la conclusion que les plans prévoyant l'emploi de la force contre le monde socialiste devraient être relégués dans les archives. La vie elle-même exige que les pays ayant des systèmes sociaux différents doivent apprendre à vivre ensemble sur notre planète, à coexister pacifiquement [...]. La reconnaissance de l'existence de deux systèmes différents, la reconnaissance à chaque peuple du droit de régler lui-même tous les problèmes politiques et sociaux de son pays, le respect de la souveraineté et l'application du principe de la non-ingérence dans les affaires intérieures, le règlement de tous les problèmes internationaux au moyen de pourparlers, voilà ce qu'implique la coexistence pacifique sur une base raisonnable [...]. »   Nikita KhrouchtchevDiscours au Soviet Suprême, 1959

L'arrivée à la tête de l'URSS de Nikita Khrouchtchev, successeur de Staline, marque le début d'une nouvelle ère dans la guerre froide. Au retour d'un voyage officiel aux États-Unis en octobre 1959, il définit sa vision nouvelle des relations internationales. Selon lui, la menace nucléaire justifie un rapprochement entre les blocs ou tout du moins une «  coexistence pacifique ». Bien que cette « entente » soit menacée lors de la construction du mur de Berlin (1961) ou la crise de Cuba (1962), elle contribue à détendre les relations internationales.

« Ich bin ein Berliner »

« Je suis fier d'être venu dans votre ville, invité par votre bourgmestre régnant. [...] Il ne manque pas de personnes au monde qui ne veulent pas comprendre ou qui prétendent ne pas vouloir comprendre quel est le litige entre le communisme et le monde libre. Qu'elles viennent donc à Berlin. D'autres prétendent que le communisme est l'arme de l'avenir. Qu'ils viennent eux aussi à Berlin. Certains, enfin, en Europe et ailleurs, prétendent qu'on peut travailler avec les communistes. Qu'ils viennent donc ceux-là aussi à Berlin. Notre liberté éprouve certes beaucoup de difficultés et notre démocratie n'est pas parfaite. Cependant, nous n'avons jamais eu besoin, nous, d'ériger un mur pour empêcher notre peuple de s'enfuir. [...] Le mur fournit la démonstration éclatante de la faillite du système communiste. Cette faillite est visible aux yeux du monde entier. Nous n'éprouvons aucune satisfaction en voyant ce mur, car il constitue à nos yeux une offense non seulement à l'histoire mais encore une offense à l'humanité. [...] Mais quand tous les hommes seront libres, nous pourrons attendre en toute confiance le jour où cette ville de Berlin sera réunifiée et où le grand continent européen rayonnera pacifiquement. La population de Berlin-Ouest peut être certaine qu'elle a tenu bon pour la bonne cause sur le front de la liberté pendant une vingtaine d'années. Tous les hommes libres, où qu'ils vivent, sont citoyens de cette ville de Berlin-Ouest, et pour cette raison, en ma qualité d'homme libre, je dis : « Ich bin ein Berliner.  »

John Fitzgerald KennedyDiscours sur la place de l'hôtel de ville à Berlin, 1963
Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, les autorités est-allemandes, soutenues par la Russie soviétique, érigent un mur qui sépare Berlin en deux. Officiellement construit pour lutter contre l'exode des populations vers l'Allemagne de l'Ouest, il renforce surtout le « rideau de fer  ».
En juin 1963, John Fitzgerald Kennedy, jeune et emblématique président des États-Unis, prononce un célèbre discours à Berlin-Ouest, dont le thème central est « le mur de la honte ».
La foule est enthousiaste et réagit très positivement à la solidarité exprimée par le président américain lorsqu'il prononce ces mots : « Ich bin ein Berliner. »(« Je suis un Berlinois »).

 

« Les colonies françaises »

Au XIXe siècle, la France est la plus grande puissance colonisatrice, après le Royaume-Uni.
La conquête de l'Algérie commence en 1830 et, quelques années plus tard, la domination française s'exerce également en Afrique noire (Sénégal, Côte d'Ivoire, Gabon, Madagascar).
En 1853, les Français s'emparent de la Nouvelle-Calédonie. La prise de Saïgon, en 1859, marque le début de la conquête de l'Indochine qui se réalise en trois étapes : 1867, la Cochinchine et du Cambodge ; 1884, l'Annam et le Tonkin ; 1893, le Laos.

 

La décolonisation

La décolonisation est un processus complexe dont les racines remontent au moins à la Première Guerre mondiale, mais dont le dénouement a lieu pratiquement dans les années 1945-1975. Au cours de ces trente années charnières, les empires coloniaux européens ont été démantelés, selon des rythmes et des modalités très différents.
Le climat en 1945 est nettement défavorable aux puissances coloniales, très éprouvées par la guerre et critiquées par les deux super-puissances, toutes deux, pour des raisons différentes, hostiles au colonialisme. Les autres États indépendants de la planète, à cette époque, sont eux-mêmes des anciennes colonies, émancipées au xixe siècle (Amérique latine). L'Asie, dont les sociétés sont dans un état de maturation politique plus avancé qu'en Afrique, est décolonisée la première. L'Inde donne le départ dès 1947.
Les puissances coloniales réagissent différemment aux aspirations indépendantistes : la France, jusqu'au général de Gaulle, refuse la décolonisation, notamment en Indochine puis en Algérie ; après l'arrivée de de Gaulle au pouvoir, les colonies françaises reçoivent assez facilement leur indépendance.
L'Angleterre, malgré quelques réticences, par exemple au Kenya, ou malgré quelques volontés séparatistes des colons blancs (Afrique australe), accorde plus aisément leur indépendance à ses colonies. Elle parvient ainsi à conserver de meilleures relations économiques et commerciales, notamment au travers du Commonwealth. En 1989, la quasi totalité de la planète est composée d'États indépendants. Les puissances coloniales ne conservent que des miettes d'empire, comme la France à travers ses DOM-TOM.

La France et ses territoires depuis 1945

 

La puissance française se traduisait vers 1914 par un empire colonial aux dimensions mondiales, recentré sur l'Afrique (Maghreb, Afrique occidentale et Afrique équatoriale françaises, Madagascar) et l'Asie (Indochine).
Mais les revendications nationalistes des peuples colonisés, aiguisées par les deux guerres mondiales, contraignent la France, bon gré, mal gré, à accorder l'indépendance à la quasi-totalité de son empire. La guerre débute en Indochine en 1946 et s'achève par la défaite de Dien Bien Phu en 1954 qui précipite les accords de Genève. La même année commencent les troubles en Algérie, seule véritable colonie de peuplement française. Les colonies africaines deviennent indépendantes en peu d'années, Maroc et Tunisie dès 1956, l'Afrique noire en 1960, l'Algérie enfin en 1962. Les années 1970 voient l'achèvement de ce processus (Djibouti, Comores).
La France d'aujourd'hui, en dehors du territoire métropolitain, présente encore des miettes d'empire, aux statuts variés : les départements d'Outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion) ont exactement les mêmes compétences que ceux de métropole ; les territoires d'Outre-mer bénéficient de davantage d'autonomie par rapport à la République (Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, ou même les Terres australes et antarctiques françaises). Les collectivités territoriales sont gérées directement par l'État, lequel jouit également d'un domaine privé (Clipperton, Tromelin, Bassas da India, etc.).
Mais l'influence française est toujours mondiale. La France de demain manifeste son action à travers l'Union européenne, dont elle est un membre fondateur et un acteur majeur, à travers la langue française, parlée partout à travers le monde, et par des interventions militaires ciblées, le plus souvent dans son ancien empire colonial ou sur demande de l'ONU.
La déclaration d'indépendance du Vietnam
« « les hommes ont été créés égaux. [...] Leur Créateur leur a conféré certains droits inaliénables. Parmi ceux-ci, il y a la vie, la liberté et la recherche du bonheur. » Ces paroles immortelles sont tirées de la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique en 1776. Prises au sens large, ces phrases signifient : tous les peuples sur Terre sont nés égaux ; tous les peuples ont le droit de vivre, d'être libres, d'être heureux. La Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen de la Révolution française (1791) a également proclamé : « Les hommes sont nés et demeurent libres et égaux en droits. » Il y a là d'indéniables vérités. Cependant, pendant plus de 80 ans, les impérialistes français, reniant leurs principes « liberté, égalité, fraternité », ont violé la terre de nos ancêtres et opprimé nos compatriotes. Leurs actions sont contraires à l'idéal d'humanité et de justice. [...] Pour ces raisons, nous, membres du Gouvernement provisoire, représentant la population entière du Vietnam, déclarons que nous n'aurons désormais aucune relation avec la France impérialiste, que nous abolirons tous les traités signés par la France au sujet du Vietnam, que nous abolirons tous les privilèges que se sont arrogés les Français sur notre territoire. Tout le peuple du Vietnam, inspiré par la même volonté, est déterminé à combattre jusqu'au bout contre toute tentative d'agression de la part des impérialistes français. Nous sommes convaincus que les Alliés, qui ont reconnu le principe de l'égalité entre les peuples aux conférences de Téhéran et de San Francisco, ne peuvent que reconnaître l'indépendance du Vietnam. »
Déclaration d'indépendance de la République démocratique du Vietnam, 1945
La Seconde Guerre mondiale donne à l'Indochine française l'occasion d'exiger son indépendance. En effet, si les nationalistes ont lutté contre l'occupation japonaise, ce n'était pas pour préserver la tutelle française, mais bien pour s'affranchir de toute colonisation, quelle qu'elle soit. Le Vietminh (ligue communiste pour l'indépendance du Vietnam), né d'un groupe communiste et dirigé par Hô Chi Minh, organise la résistance. Dès le mois d'août 1945, il renverse l'empereur Bao Daï et le 2 septembre, à l'occasion de la reddition du Japon, l'indépendance est proclamée. La déclaration s'appuie délibérément sur les textes fondateurs chers aux Européens, afin de mettre le colonisateur face à ses contradictions. Pourtant, ce n'est qu'au terme d'une guerre de 8 ans (1946-1954) que la France accepte finalement de se séparer de l'Indochine (accords de Genève).
Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes
« Les États membres de l'Organisation doivent reconnaître et favoriser la réalisation, en ce qui concerne les populations des territoires sous tutelle placés sous leur administration, du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et doivent faciliter l'exercice de ce droit aux peuples de ces territoires, compte tenu de l'esprit et des principes de la charte des Nations unies en ce qui concerne chaque territoire et de la volonté librement exprimée des populations intéressées, la volonté de la population étant déterminée par voie de plébiscite ou par d'autres moyens démocratiques reconnus, de préférence sous l'égide des Nations unies. »
Résolution de l'ONU, 1952
En 1952, l'ONU vote une résolution rappelant le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
Le concept n'est pas neuf, mais prend une ampleur et une résonance considérables en cette période de décolonisation. La guerre a affaibli les métropoles européennes et discrédité leur puissance. De plus, les idéaux au nom desquels elles se sont battues (liberté, démocratie) sont incompatibles avec le principe même de la colonisation et se retournent désormais contre elles. Enfin, les États-Unis (ancienne colonie britannique) et l'URSS (farouchement opposée à l'impérialisme capitaliste) se montrent très favorables aux mouvements d'émancipation qui parcourent les colonies.

Bandung : la naissance politique du tiers-monde

« Libérées de la méfiance, de la crainte, faisant preuve de bonne volonté mutuelle, les nations devraient pratiquer la tolérance, vivre en paix dans un esprit de bon voisinage et développer une coopération amicale sur la base des principes suivants : 1) Respect des droits humains fondamentaux en conformité avec les buts et les principes de la Charte des Nations unies ; 2) Respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de toutes les nations ; 3) Reconnaissance de l'égalité de toutes les races et de l'égalité de toutes les nations, petites et grandes ; 4) Non-intervention et non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays [...] ; 6) Refus de recourir à des arrangements de défense collective destinés à servir les intérêts particuliers des grandes puissances quelles qu'elles soient ; refus par une puissance quelle qu'elle soit d'exercer une pression sur d'autres ;[...] ; 8) Règlement de tous les conflits internationaux par des moyens pacifiques, tels que négociation ou conciliation, arbitrage ou règlement devant les tribunaux, conformément à la Charte des Nations unies ; 9) Encouragement des intérêts mutuels et coopération.[...] ; »
Communiqué final de la conférence de Bandung, 1955
Du 18 au 24 avril 1955, vingt-trois pays d'Afrique et six pays d'Asie, fraîchement décolonisés, se rassemblent à Bandung (Île de Java, Indonésie) pour mettre au point un système de solidarité et parachever leur émancipation. Les pays initiateurs sont la Birmanie, Ceylan, l'Indonésie et le Pakistan. Refusant de s'aligner sur l'un ou l'autre des deux blocs de la guerre froide, ces pays cherchent à trouver dans le monde une place qui leur soit propre. Quoiqu'aucune organisation concrète ne soit créée à l'issue de cette conférence, elle revêt une haute importance symbolique : Bandung marque en effet la naissance politique du tiers-monde et le refus du « complexe du colonisé ».

La décolonisation de l'Inde

« Depuis longtemps, la politique des gouvernements britanniques successifs a été de travailler à la réalisation du self-government dans l'Inde. En fonction de cette politique, une responsabilité croissante a été dévolue aux Indiens et, aujourd'hui, l'administration civile et les forces armées indiennes sont dans une large mesure aux mains de fonctionnaires et d'officiers indiens. En matière constitutionnelle, les lois de 1919 et 1935 votées par le Parlement britannique représentent un substantiel transfert de pouvoir politique. En 1940, le gouvernement de coalition reconnut que les Indiens devaient se donner eux-mêmes une nouvelle constitution pour une Inde pleinement autonome et, par l'offre de 1942, il les invita à établir une assemblée constituante dans ce but aussitôt que la guerre serait terminée. Le gouvernement de Sa Majesté croit que cette politique a été juste et en accord avec les principes démocratiques. Depuis qu'il est arrivé au pouvoir, il a fait son possible pour la conduire vers sa réalisation. Le Premier ministre, dans sa déclaration du 15 mars dernier, appuyé par l'approbation du Parlement et du peuple, a spécifié qu'il appartenait au peuple indien lui-même de choisir son futur statut et sa constitution et que le gouvernement pense que le moment est venu de faire passer la responsabilité du gouvernement de l'Inde dans des mains indiennes. »
Clement AttleeDéclaration sur la décolonisation de l'Inde, 1947
En succédant à Churchill au poste de premier ministre britannique, Clement Attlee, se voit attribuer la lourde tâche d'organiser la décolonisation. Les mouvements d'indépendance, attisés pendant la Seconde Guerre mondiale (campagne «  Quit India »), redoublent dès la fin du conflit. Côté britannique, la décision est prise de « partir pour mieux rester », mais encore faut-il définir les modalités de cette décolonisation. Le 15 août 1945, l'indépendance est définitivement accordée, alors qu'une guerre civile fait rage entre musulmans et hindous.

 

« Depuis longtemps, la politique des gouvernements britanniques successifs a été de travailler à la réalisation du self-government dans l'Inde. En fonction de cette politique, une responsabilité croissante a été dévolue aux Indiens et, aujourd'hui, l'administration civile et les forces armées indiennes sont dans une large mesure aux mains de fonctionnaires et d'officiers indiens. En matière constitutionnelle, les lois de 1919 et 1935 votées par le Parlement britannique représentent un substantiel transfert de pouvoir politique. En 1940, le gouvernement de coalition reconnut que les Indiens devaient se donner eux-mêmes une nouvelle constitution pour une Inde pleinement autonome et, par l'offre de 1942, il les invita à établir une assemblée constituante dans ce but aussitôt que la guerre serait terminée. Le gouvernement de Sa Majesté croit que cette politique a été juste et en accord avec les principes démocratiques. Depuis qu'il est arrivé au pouvoir, il a fait son possible pour la conduire vers sa réalisation. Le Premier ministre, dans sa déclaration du 15 mars dernier, appuyé par l'approbation du Parlement et du peuple, a spécifié qu'il appartenait au peuple indien lui-même de choisir son futur statut et sa constitution et que le gouvernement pense que le moment est venu de faire passer la responsabilité du gouvernement de l'Inde dans des mains indiennes. »
Clement AttleeDéclaration sur la décolonisation de l'Inde, 1947
En succédant à Churchill au poste de premier ministre britannique, Clement Attlee, se voit attribuer la lourde tâche d'organiser la décolonisation. Les mouvements d'indépendance, attisés pendant la Seconde Guerre mondiale (campagne «  Quit India »), redoublent dès la fin du conflit. Côté britannique, la décision est prise de « partir pour mieux rester », mais encore faut-il définir les modalités de cette décolonisation. Le 15 août 1945, l'indépendance est définitivement accordée, alors qu'une guerre civile fait rage entre musulmans et hindous.

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

Charger les commentaires précédents

Copyright © 2015 SeneBac. Tous droits réservés. Groupe SeneBac

United Kingdom gambling site click here